Poursuivre la conversation : l’achat local

L’achat local faisait partie des sujets abodés lors de La Grande Conversation DUX et voici un aperçu des moments forts de la discussion.

Les raisons d’acheter local

« L’achat local, il y a plusieurs raisons pour lesquelles on devrait le privilégier. C’est sûr, on parle d’environnement, mais il y a aussi tout l’aspect économique, l’aspect de l’emploi. Quand on achète local, on encourage nos producteurs, on encourage nos transformateurs. Il y a aussi tout l’aspect des normes canadiennes, qui sont parmi les plus sévères au monde.  » – Marie Beaudry, directrice générale chez Aliments du Québec

L’économie des régions

« Quand on encourage l’alimentation à partir de produits locaux, on encourage beaucoup plus que ce que l’on croit. Ça sert aussi à soutenir l’économie des régions, à garder des familles en région, à occuper le territoire, et je dirais à rendre le territoire attrayant et beau. Parce que généralement quand on trouve ça beau à la campagne, c’est parce qu’il y a des agriculteurs qui cultivent et qui font un paysage.  » – Pascale Tremblay, Agronome et présidente-directrice génétale chez CARTV

« Ça soutient le réseau rural du Québec, c’est hyper important. » – Chantal Van Winden, Présidente-directrice générale chez Oliméga

Le savoir-faire, une fierté québécoise

« L’autre avantage de consommer local, c’est qu’on crée un savoir-faire. J’ai travaillé pendant des années à l’exportation et je peux vous dire que les produits québécois, on est novateurs. Partout où je suis allée dans le monde, les acheteurs étrangers adoraient les produits québécois. Tout à l’heure, on a parlé de fierté, je pense que c’est une fierté qu’on doit avoir de supporter nos produits locaux. C’est drôlement important. Puis on doit en être fiers, parce qu’on fait des choses quand même incroyables, des choses extraordinaires, donc il faut soutenir ces gens-là, sinon on va s’alimenter uniquement avec des choses qui sont importées. » – Marie Beaudry, directrice générale chez Aliments du Québec

CarolinePoursuivre la conversation : l’achat local

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *