5 techniques culinaires adaptées aux enfants

Dans le cadre de La Petite Conversation diffusée en direct sur le site le DUX mieux manger, mieux vivre le 19 mai dernier, l’animatrice et ambassadrice du mouvement DUX, Lyne Gosselin, recevait Marie-Claude Riel nutritionniste aux Ateliers cinq épices et coauteur de Mon premier livre de recettes avec Les Ateliers cinq épices qui a remporté un Grand Prix DUX en janvier dernier. Puisque l’organisme a pour mission de promouvoir l’éducation nutritionnelle et culinaire auprès des enfants et de leur famille, Marie-Claude est venue offrir des trucs pour bien cuisiner avec ses enfants.  


1.Couper

D’abord, on utilise toujours le couteau avec une planche à découper.  Les petits cuistots débutants utilisent un couteau à beurre qui a de petites dents alors que les plus expérimentés utilisent un couteau d’office. Chaque main a un rôle : l’une tient le couteau, alors que l’autre maintient en place l’aliment à couper.

« La patte de chat » :

  1. Pour protéger les doigts de la main qui tient l’aliment, les recourber légèrement de manière que les ongles soient en contact avec l’aliment (les jointures jouent le rôle d’un guide pour que le couteau soit perpendiculaire à la planche à découper).
  2. Effectuer un mouvement de va-et-vient avec le couteau. Ainsi, l’action se compare au mouvement d’une scie et non à celui d’un marteau !

« Le tunnel » : pour couper de petits ingrédients (ex. : raisins, petites tomates, etc.) :

  1. Tenir l’aliment de chaque côté de façon à ce que la paume de la main forme un tunnel au-dessus de l’aliment. Le pouce et l’index tiennent l’ingrédient.
  2. Placer le couteau au centre afin de couper l’aliment en deux de façon sécuritaire.
  3. Effectuer un mouvement de va-et-vient avec le couteau.

2. Casser un œuf

Sans contredit l’activité préférée des enfants dans la cuisine !

  1. Briser la coquille de l’œuf en lui donnant un petit coup avec le dos d’un couteau à beurre, ou en le cognant légèrement sur la table.
  2. Mettre le bout des pouces dans la petite fente et ouvrir délicatement la coquille de l’œuf. Attention de ne pas écraser l’œuf !
  3. Casser l’œuf dans un petit bol à part (et non directement dans la préparation pour récupérer les coquilles, si nécessaire).

3. Mesurer des ingrédients secs

Afin de maximiser les chances de réussir la recette préparée, il est important de bien mesurer les ingrédients en utilisant les ustensiles appropriés et les bonnes techniques de mesure.  Pour mesurer des ingrédients secs :

  1. Remplir la mesure à ingrédients secs avec une cuillère afin de faire une grosse « montagne ».
  2. Utiliser le dos d’un couteau à beurre afin d’égaliser la surface et obtenir une « patinoire ». La mesure doit être complètement remplie, sans espace vide, et ne doit pas déborder.
  • Pour les ingrédients dont la quantité demandée nécessite une cuillère, il est possible de simplement utiliser l’index au lieu du couteau.
  • Pour mesurer une très petite quantité d’un ingrédient, ou une pincée, il suffit de « pincer » l’ingrédient entre le pouce et l’index.

4. Mesurer des ingrédients liquides

Les ustensiles utilisés pour mesurer les ingrédients secs sont différents de ceux qui servent à mesurer les ingrédients liquides.  Les tasses qui servent à mesurer les ingrédients liquides sont transparentes et ont un bec verseur. Pour mesurer des ingrédients liquides :

  1. Il faut déposer la tasse sur une surface plane et baisser les yeux à la hauteur de la ligne indiquant la mesure voulue. Mettre un doigt sur la ligne peut aider à mesurer la quantité appropriée.

5. Utiliser un presse-agrume

Le presse-agrume est un ustensile de cuisine utilisé pour extraire le jus d’un agrume (ex. : citron, orange, pamplemousse, etc.). Pour ce faire, les muscles sont utiles !

  1. Couper l’agrume en deux dans le sens de la largeur. (À effectuer par l’adulte)
  2. Tenir le presse-agrume d’une main et, avec l’autre main, presser sur l’agrume en le tournant.

La dégustation

En conclusion, j’avais envie de parler du moment de la dégustation, du repas en famille.

Souvent c’est une source de conflit avec les jeunes enfants. Ce qu’il faut retenir c’est que ce moment doit être agréable. Ça devrait être un beau moment passé en famille.

Quand l’enfant a participé à la planification et à la préparation du repas, il est plus enclin à goûter.

La dégustation en 3 bouchées qui devient un jeu ou un défi (l’idée vient d’une animatrice des Îles-de-la-Madeleine) :

1 : bouchée de la surprise (des fois, on a hâte, des fois on a peur)

2 : bouchée de l’analyse (on essaie de décrire ce qui se passe dans notre bouche :    c’est sucré, salé, mou, croquant, frais, moelleux, piquant, etc.)

3 : bouchée de la décision (c’est là qu’on décide si c’est à notre goût ou pas. Ensuite, si ce n’est pas à notre goût, se demander ce qu’on peut améliorer la prochaine fois).

Si ça ne fonctionne pas, il faut surtout rester neutre et féliciter l’enfant pour l’effort qu’il a fait.  Le parent est responsable de la qualité des aliments offerts et l’enfant est responsable de la quantité qu’il mange.  Ce qui importe c’est d’avoir du plaisir à cuisiner et prendre ses repas en famille !


POURSUIVRE AVEC

La Petite Conversation est diffusée en direct tous les mardis et jeudis à 11h sur la page Facebook de DUX mieux manger, mieux vivre. C’est un rendez-vous que vous que vous ne voudrez pas manquer, car vous pourrez poser vos questions en direct à nos experts invités.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *