5 viandes différentes à découvrir

Dans le cadre de La Petite Conversation diffusée en direct sur le site le DUX mieux manger, mieux vivre le 29 septembre dernier, l’animatrice et ambassadrice du mouvement DUX, Lyne Gosselin, recevait la colorée Mélanie Beaulac, propriétaire de La Bouchère et de Tout est dans le sac. Petite fille de boucher, elle a démarré son entreprise qui a pour objectif d’améliorer l’offre alimentaire, favoriser des partenariats locaux et mettre de l’avant la qualité du terroir québécois. À la suite de son passage récent lors d’une de nos capsules, les consommateurs ont voulu en apprendre davantage quant à des alternatives de viandes.


1. Osso-buco

En boucherie, le jarret de boeuf est la patte avant/arrière sur laquelle le morceau de viande sera prélevé. Gélatineuse, il s’agit d’une viande très gouteuse la présence de son os à moelle rendent les plats mijotés très onctueux. La température interne doit atteindre 160 à 165 °F (71 à 74 °C) selon l’épaisseur des tranches de jarret.

2. Poulet crapaudine mexicain

Premièrement, il faut enlever complètement la colonne vertébrale du poulet entier que nous allons garder au réfrigérateur avec le reste de la carcasse après avoir enlevé la chair cuite, pour la cuisson d’un bouillon maison. En utilisant un couteau bien aiguisé ou des ciseaux de cuisine capables de couper les petits os de la colonne ensuite, on le retourne et on aplatit le poulet le plus possible. Il aura alors un aspect de crapaud, d’où le nom. Tout simplement rôti au four il cuira uniformément, jusqu’à température interne de 165°F, et jusqu’à un croustillant désiré. Si vous utilisez le four barbecue, cuisez à un feu indirect.

3. Agneau miel de sapin

Une viande exceptionnelle qui se démarque par ses nombreuses possibilités d’apprêt, ses excellentes valeurs nutritives et sa simplicité à la cuisiner. La température interne pour une coupe entière et morceaux, mi-saignant 63 °C (145 °F), à point 71 °C (160 °F), bien cuit 77 °C (170 °F)

4. Veau Stroganov

De manière générale, le veau comporte énormément de bienfaits et possède de belles valeurs nutritionnelles. Pour cette recette nous utiliserons le rôti de palette avec os pour récupérer toutes les saveurs, il est fortement suggéré de toujours saisir la viande de veau au préalable afin qu’il ne se développe rien d’inapproprié lors de la phase critique en cuisson à basse température. De plus, cette opération donnera une belle couleur à la viande et plus de saveur. Déposer la viande dans la mijoteuse ou la cocotte puis y verser le liquide. Laisser cuire jusqu’à ce que la viande cède facilement sous la pression ou que la température interne atteigne 195 °F (90 °C).

5. Lapin aux morilles

Le lapin quant à lui peut tout aussi bien être préparé au four qu’en mijoteuse. Il convient d’arroser régulièrement le lapin avec son jus de cuisson pour que la viande reste tendre. Le lapin est également délicieux mijoté en cocotte. Après avoir fait revenir la viande dans un peu de matière grasse, laissez le lapin mijoter dans une sauce jusqu’à ce que la cuisson idéale soit obtenue plus précisément jusqu’à 158°F (70°C) de cuisson interne.

Mélanie nous offre en prime la recette complète de son Veau Stroganov à découvrir ici. Et si vous voulez découvrir d’autres recettes de Mélanie. Visitez son site labouchere.ca

La Petite Conversation est diffusée en direct tous les mardis à 11h sur la page Facebook de DUX mieux manger, mieux vivre. C’est un rendez-vous que vous que vous ne voudrez pas manquer, car vous pourrez poser vos questions en direct à nos experts invités.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *